Archives de Catégorie: Les membres du jury

La Reconstitution par Chantal Montellier

couvreconstitutionLa fondatrice de l’Association Artémisia,Chantal Montellier, vient de sortir le premier tome de son autobiographie, titrée « La Reconstitution » aux Editions Actes Sud/L’An 2.

L’ouvrage témoigne à la fois d’une recherche personnelle et d’une prise de distance : le regard lucide et critique d’une femme artiste sur la société entière.

Le mot de l’éditeur :  

Pionnière de la bande dessinée au féminin, l’auteure de Odile et les crocodiles, La Fosse aux serpents, Les Damnés de Nanterre, Tchernobyl mon amour et L’Inscription (parmi près d’une trentaine d’ouvrages) raconte son itinéraire de femme et d’artiste. Elle suit le cours de ses expériences dans l’univers du dessin de presse politique, de la bande dessinée et plus généralement du monde de l’édition.

montellierpère

Ainsi que le dit la préface, signée par Thierry Groensteen, son œuvre militante et forte apparaît clairement comme « une œuvre de combat. Parce que Montellier s’est tenue aux côtés des opprimés, des aliénés, de ceux qui ne rentraient pas dans le moule, qui ne savaient comment s’inscrire dans une réalité hostile, et qu’elle leur a prêté son talent. Mais aussi parce que, pour se faire entendre, pour exister comme artiste, sans jamais faire de concession ni flatter les dominants, elle a dû batailler et payer le prix fort. »

beauxarts

Dans le paysage de la bande dessinée autobiographique, ce livre-bilan est sans équivalent : c’est la véritable, incroyable et édifiante histoire d’une dessinatrice dite engagée, qui livre « sa » vérité, sans épargner personne. Ce n’est d’ailleurs pas tout à fait une bande dessinée, mais un récit illustré.

charliereconstitution

La Reconstitution comprendra deux livres, le premier allant de 1947 au tout début des années 90, le second de 91 à nos jours. Auteure, Chantal Montellier, préface de Thierry Groensteen – maquette : Brigitte Bontemps – 288 pages en  32,00 € – Publication : janvier 2015

 

Publicités

Elues Croc’Odiliennes? Solidarités Artémisiennes

Artémisia réagit en soutien contre la censure qui frappe l’expo « Les Crocodiles » réalisée par Thomas Mathieu à Toulouse. Notre fondatrice, Chantal Montellier, prend la parole.

Elues Croc’Odiliennes?,

Sylvie Chabroux, l’attachée de presse d’Artémisia vient de nous alerter au sujet de la censure  toulousaine qui frappe L’expo autour de la BD « Les Crocodiles » réalisée par Thomas Mathieu et prévue pour la « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes » (le 25 novembre) . Cette expo est interdite d’affichage dans le Square Charles de Gaulle à Toulouse. Deux élues de la Mairie s’y opposent fermement.

La municipalité de la ville rose veut bien des affiches trash pour lutter contre la violence routière mais pas de BD choc pour lutter contre la violence faite aux femmes. Les édiles de la ville – emmenés par deux femmes, Laurence Katzenmeyer adjointe au maire en charge de la famille et Julie Escudier conseillère municipale déléguée et 17e vice-présidente de Toulouse Métropole en charge de la cohésion sociale –  en dénoncent notamment « l’aspect immoral » et la « vulgarité ».

Les femmes (des électrices comme les autres) apprécieront…  et les dessinatrices anti crocodiles aussi.

J’ai personnellement consacré un album à ce sujet éternel : les prédateurs sexuels de femmes à la chair tendre. Cet album occulté s’intitule “Odile et les crocodiles”. La censure crocodilienne n’avait alors frappé que par le black listage de ce bouquin transgressif, mais  le bruit s’était répandu que je fréquentais trop les marigots et que mes images étaient glauques!!! Ben tiens!

J’ai été contente lorsque, m’ intéressant à l’album de Thomas Mathieu, je suis tombée sur une interview de lui où il me citait, du moins mon livre, comme source d’inspiration. La chose est plutôt exceptionnelle et j’aurais plutôt imaginé que le flambeau serait repris par une Odile!! Hélas…

En regardant de plus près les dessins que, dans un premier temps, j’avais trouvé un peu maladroits et enfantins, je me suis aperçue que le contenu, texte et dialogues, avait du punch et tapait  souvent juste, exemple:

 odile     

Par ma voix, Artémisia exprime son soutien à Thomas Mathieu, et je crois que la plus grande vulgarité n’est peut être pas là où les élues toulousaines la mettent.

Chantal Montellier
Dessinatrice, scénariste, fondatrice d’Artémisia

Un rassemblement est, par ailleurs, organisé ce mardi 25 novembre en fin d’après-midi dans le centre ville.

 

Infos :
-> Le projet Crocodiles
-> L’album édité chez le lombard

Les crayons de Laureline Mattiussi pour Amnesty International

êtrelàLaureline Mattiussi, notre Lauréate du prix 2010 et membre du jury d’Artémisia signe avec d’autres dessinateurs l’adaptation en bandes dessinées de reportages réalisés par le scénariste Christophe Dabitch. 

Fort de sa précédente expérience avec «Immigrants » (Futuropolis), entretiens dessinés et portraits de personnes ayant quitté leur pays pour la France, Christophe Dabitch a poursuivi son voyage journalistique pour recueillir la parole d’une humanité bafouée, malmenée ou ignorée. Sur quatre continents, il a arpenté pendant un an ce chemin ponctué par les actions et les combats d’Amnesty International.

Avec d’autres dessinateurs (Jorge González, Laurent Labat, Benjamin Flao, Manuele Fior, Guillaume Trouillard, Sergio Aquindo, Damien Roudeau, Christian Durieux, Daniel Blancou, Gabrielle Piquet, Zeina Abirached, Michaël Sterckeman et Piero Macola), Laureline Mattiussi collabore dans le livre intitulé « Être là », qui, à travers 13 récits, ouvre à la réflexion sur ce que défendre les droits humains représente tant en France ou à l’étranger.

Disponible à partir du 6 novembre 2014, la soirée de lancement est prévu le 4 novembre 2014

-> Pour en savoir plus

Le mot d’Amnesty International :

Des trottoirs mémoriels de Buenos Aires à un lac asséché par les spéculateurs fonciers, d’un fleuve à la frontière gréco-turque aux couloirs de la mort dans les prisons japonaises, des ruines de Grozny aux camps de Roms de Grigny, du totalitarisme numérique de Big (Brother) Data aux victimes ivoiriennes de sociétés pétrolières criminelles, il a partagé et recueilli la voix de ceux qui se battent pour leurs droits et transforment leur statut de victime en celui d’acteur.

Un voyage journalistique et  graphique pour recueillir la parole d’une humanité bafouée, malmenée ou ignorée.  

la BD fait sa révolution, sans les femmes, une conférence de Chantal Montellier le 5 avril

rev

Le samedi 5 avril, Chantal Montellier propose une conférence sous l’intitulé « la BD fait sa révolution, sans les femmes » à Landerneau dans le cadre de l’exposition “quand la bd fait sa révolution” organisée par M.E. Leclerc.

Au programme :
De l’importance de la bande dessinée dans les systèmes de représentation et l’imaginaire collectif.
-BD art mineur pour les majeurs? Art majeur pour les mineurs?
-Un art prisonnier de son lectorat?
-Une “révolution” prisonnière de son passé?

Où sont les femmes?

1) L’absence des femmes dessinatrices dans cette “Révolution” de la BD et les conséquences sur les systèmes de représentations.

2) Des femmes pourtant, soit dans la presse pour la jeunesse soit dans un journal de BD féminine : retour sur l’histoire de la revue Ah! Nana, très vite interdite par la censure.
3)  En s’appuyant sur le recueil “Sous Pression” de ses dessins politiques, Chantal Montellier témoignera de son expérience pionnière dans le dessin engagé.

4) Présentation  des personnages féminins dans les albums de Chantal Montellier

5) Présentation de l’association Artémisia et de l’état actuel de la BD féminine.

6) En conclusion, Chantal Montellier proposera une lecture inédite de certains passages de son récit autobiographique: LA RECONSTITUTION à paraître.

Annexes : Les personnages féminins de Chantal Montellier

  • 1982, Le personnage féminin dans LE SANG DE LA COMMUNE
  • 1983, La musicienne Angela Parker dans WONDER CITY
  • 1984, Odile dans ODILE ET LES CROCODILES
  • Les personnages féminins dans JULIE BRISTOL (3 tomes)
  • 1990,-La Fosse aux serpents
  • 1992,-Faux sanglant
  • 1994,-L’île aux démons
  • 1998,L’Ingénieure Lida Forest, dans LA FEMME AUX LOUPS
  • 1998, Elisabeth Redman, dans LA DINGUE AUX MARRONS
  • 2005, Chris Winckler et Florence Rey, dans LES DAMNES DE NANTERRE
  • 2006, Les personnages féminins dans SORCIERES MES SŒURS
  • 2006, Chris Winckler, dans TCHERNOBYL MON AMOUR
  • 2011, Caroline Montbrasier, dans L’INSCRIPTION
  • 2011,  Marie Curie, dans LA FÊE DU RADIUM
  • 2013,  Christine Brisset dans L’INSOUMISE

 

Thierry Groensteen : « Les auteurs femmes sont très fréquemment réorientées vers l’illustration jeunesse »

Thierry Lemaire publie sur Actua BD une interview de Thierry Groensteen que nous retranscrivons ci-dessous.

->Vous pouvez en retrouver l’intégralité sur le site Actua BD en cliquant ICI.

À l’occasion de l’annonce de la sélection du Prix Artémisia 2010, Thierry Groensteen, éditeur, essayiste et membre du jury, discute avec nous du parti-pris de cette manifestation et de la place des auteurs femmes dans la bande dessinée.

Le jury du Prix Artémisia (sept femmes et quatre hommes) est-il partagé entre vision féminine et masculine de la bande dessinée ?

Ce clivage là n’est pas apparu jusqu’ici. Il y a des clivages entre nous mais qui ne sont pas liés au sexe des jurés. Ce sont des sensibilités différentes. Par exemple, Yves Frémion qui est un des piliers de Fluide Glacial a tendance à mettre en avant des albums d’humour. Chacun vient avec sa sensibilité. Et ce qui est bien c’est qu’on offre une belle palette d’histoires personnelles et de rapport à la bande dessinée.

Les femmes ne sont pas plus sensibles à certains thèmes que les hommes ?

Les femmes auront peut-être plus tendance à s’identifier à certains personnages. Si on prend Vacance de Cati Baur par exemple, c’est un album qui est plus particulièrement défendu par les femmes. Parce qu’elles se sont reconnues, dans une certaine mesure, dans le malaise de ce personnage féminin que l’on suit de la première à la dernière page. Là, ça peut jouer en effet.

Peut-on dire qu’il y a des thèmes spécifiquement féminins ?

Ce qui caractérise pas mal de dessinatrices, c’est de ne pas avoir une culture bande dessinée aussi prégnante que leurs collègues masculins. Elles n’ont pas forcément été dans leur enfance ou leur adolescence des lectrices compulsives de bande dessinée. En général, elles ont des références peut-être plus larges. Et donc elles sont moins prisonnières du canon des genres. On les verra moins faire du polar, de la science-fiction ou du western. Parce que ce système des genres hérité de la littérature populaire, sur lequel vit une grande partie de la bande dessinée de grande consommation, leur est plus étranger.
Donc elles ont tendance à avoir des sujets plus originaux, qui sont moins réductibles à un genre particulier. De ce point de vue, ce sont des œuvres de romancières. Mais dans la sélection, on constate qu’il y a un grand éclectisme dans les sujets, la façon de les traiter. Heureusement, parce que sinon j’avoue que ça ne m’intéresserait pas beaucoup. Il n’y a pas uniformité de la bande dessinée féminine et en aucun cas nous ne voulons promouvoir un a priori de ce que devrait être la bande dessinée féminine.

JPEG - 38.4 ko

Lors de la présentation de la sélection du Prix Artémisia, Chantal Montellier a parlé d’un recul par rapport aux années du féminisme. Quelle est votre analyse ?

Il y a une tendance très importante dans la bande dessinée de femme aujourd’hui, et qui est relayée par les blogs (Pénélope BagieuMargot MotinLaurel, etc) c’est ce côté littérature girly ou comme disent les anglosaxons « chick literature », qui a tendance à s’intéresser surtout à la vie quotidienne et aux problèmes plus ou moins existentiels de jeunes femmes célibattantes, avec des petits amis de passage, un patron peu compréhensif, et puis des questionnements tels que « comment rester jeune, belle et mince ? », etc.
Ce serait assez facile de vouloir réduire la bande dessinée féminine à ça. Et ce n’est pas vraiment ce qu’on a envie de promouvoir au premier chef. Il y a des filles qui font ça avec talent. Et manifestement, il y a un lectorat féminin qui se reconnaît dans ce type de production. Je pense que c’est un peu une réduction par rapport à cette conquête d’espace d’expression que les dessinatrices ont eu à mener dans les années 70-80. Réduire la femme à la sphère du quotidien et des choses futiles est une régression. Je ne sais pas si les dessinatrices qui font ça en sont conscientes, mais de fait, elles ont quand même tendance à ancrer la femme dans une certaine image. Et qui n’est pas capable de faire œuvre, de transcender son quotidien. Nous avons plutôt tendance à favoriser d’autres types de démarches.

Donc finalement, le Prix Artemisia est un peu un Prix de combat.

Peut-être pas de combat, mais il y a certainement une démarche militante, parce qu’on veut attirer l’attention sur la création au féminin qui est très minoritaire. Ça bouge beaucoup depuis quelques années. Quand je me suis installé comme éditeur en 2002, j’ai créé la collection « Traits féminins », avec la volonté justement de promouvoir un espace de création pour les femmes. Il y avait 6,5% de femmes dans la profession et sept ans plus tard, on est passé à 10,5%. Ça progresse très vite en ce moment. Mais ça reste quand même très inférieur comme proportion à ce qu’on trouve en littérature ou dans le livre de jeunesse par exemple. Il s’agit donc, d’une part, de témoigner que la BD au féminin existe et d’autre part, de compenser le déficit de médiatisation précisément parce que leur production ne correspond pas au stéréotype dominant de la bande dessinée tel qu’on l’entend habituellement.

Quelle est la responsabilité des éditeurs dans cette situation ?

J’avais créé la collection « Traits féminins » parce que j’avais rencontré Anne Herbauts, dessinatrice belge, qui publie des albums pour enfants chez Casterman. Elle en a une vingtaine à son actif et elle est traduite dans de nombreuses langues. Elle a beaucoup de succès et à côté de ça, elle a toujours eu le désir de faire de la bande dessinée. Elle avait dans ses tiroirs quand nous avons fait connaissance un album prêt à être publié pour lequel elle n’avait pas trouvé d’éditeur. Casterman, chez qui elle avait du succès et qui est par ailleurs un grand éditeur de bande dessinée, n’a jamais voulu publier ses projets. «Continue à faire ce que tu sais faire, ce pour quoi on te connaît ». C’est typique.
Du coup, je suis devenu par chance, mais aussi par défaut, son éditeur. J’ai fait trois albums avec elle. Casterman aurait dû les faire normalement, mais ils n’ont pas voulu car ils la considéraient comme une illustratrice jeunesse. Ce qu’elle amenait en bande dessinée était trop éloigné de la production dominante, y compris chez Casterman. On dit souvent aux femmes « c’est bien, mais c’est trop illustratif, ou trop mièvre, ou trop ceci ». On les réoriente très fréquemment vers l’illustration jeunesse. Ou alors elles deviennent illustratrices dans des studios d’animation. Et finalement, je pense que c’est encore plus difficile aujourd’hui pour elles d’affirmer leur singularité en tant qu’auteures à part entière dans le champ de la bande dessinée.

On constate toutefois depuis quelques années, comme vous l’avez précisé, une augmentation de la présence des femmes dans la BD. Y a-t-il eu un élément déclencheur ?

Aujourd’hui, la bande dessinée de femme a le vent en poupe. On sent bien que le vent souffle dans notre direction. Nous sommes pas seuls. On participe d’une évolution de la bande dessinée et c’est tant mieux. Ça tient à mon avis en partie au phénomène manga, puisqu’il y a le shojo manga qui est une bande dessinée généralement faite par des femmes pour des filles. Le manga a montré par l’exemple que la bande dessinée au féminin existait. Ça tient également au développement de l’autobiographie dans toutes ses variantes comme genre au sein de la bande dessinée. Cela favorise l’expression des femmes. C’est d’ailleurs probablement le genre dans lequel le plus de femmes sont faites remarquées au tout premier plan. Marjane SatrapiAlison BechdelDominique GobletJulie Doucet sont des noms qui viennent immédiatement à l’esprit quand on pense autobiographie en bande dessinée. Ce phénomène étant relayé par celui des blogs. Tout ça crée un environnement favorable. Ce qu’il faut à mon avis, c’est éviter que dans la production française il y ait cette sorte de clivage qui existe au Japon où finalement les femmes produisent pour les femmes et les hommes pour les hommes. Nous sommes dans une civilisation qui promeut plutôt la transversalité, l’égalité, et ce qui nous intéresse, c’est que les femmes puissent s’adresser à tout le monde.

 

(par Thierry Lemaire)

Image

Le Jury Artémisia 2010

Artemisia2010

le nouveau jury Artemisia pour l’édition 2010


Le nouveau jury d’Artémisia au complet :

Dans le précédent article concernant l’association Artémisia, intitulé « Un point sur Artemisia », nous n’étions pas encore en mesure de dévoiler la liste complète du nouveau jury du concours. La voici aujourd’hui :

Marguerite Abouet, scénariste BD ;
Yves Frémion, écrivain, scénariste, élu régional à la culture ;
Thierry Groensteen, historien et théoricien de la BD, éditeur de « traits féminins » ;
Martine Huet, psychologue, grande lectrice, passionnée par les arts plastiques et narratifs.
Miles Hyman, dessinateur ;
Chantal Montellier, dessinatrice et scénariste ;
Annie Pilloy, essayiste et conférencière (la part et la place du féminin dans le 9e art) ;
Valérie de Saint Do, journaliste, codirectrice de la revue culturelle Cassandre/Horschamp ;
Lili Sztajn, traductrice (dernièrement Tamara Drew de Posy Simmonds chez Denoël Graphic);
Carole Schilling, directrice artistique ;

Mentionnons aussi nos collaborateurs, à l’aide précieuse:
Florie Boy, étudiante en master Cultures de l’Ecrit et de l’Image à Lyon, est également devenue la collaboratrice de l’association Artémisia et de Chantal Montellier.
Michel Lebailly, notre ami libraire repéreur d’albums au féminin, (librairie Goscinny)
Polska, sculptrice du trophée.

Sans oublier notre courageux mécène (car l’aventure n’est pas si facile): Michel-Edouard Leclerc.