Archives de Tag: Catherine Meurisse

Prix Artémisia 2015 : la sélection

 

Log. Artémis (1)Découvrez les dix bandes dessinées de talentueuses auteures dans la sélection pour le prix Artémisia 2015! La lauréate sera proclamée le 9 janvier, date anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir. Le PRIX sera remis le mardi 27 janvier à partir de 18h30 à la Librairie LA HUNE, 16, rue de l’Abbaye –75006 Paris

100 demons-couvMES CENTS DÉMONS de Lynda Barry, Çà & là

A travers une série de strips inspirés des pratiques zen, Lynda Barry livre avec humour une sorte de journal intime, où elle met en scène les événements drôles ou douloureux qui ont fait d’elle ce qu’elle est. Ni fiction, ni autobiographie, cette «autobifictionalographie», supportée par un dessin faussement enfantin, s’empare de l’anodin pour exorciser les démons de l’enfance et de l’imagination. Un exercice jubilatoire.

lillianLILLIAN THE LEGEND de Kerry Byrne . Agrume

Lillian the legend est l’histoire vécue d’une jeune Russe partie dans les années 20 tenter sa chance économique aux USA. Sur place l’expérience de la misère puis l’incendie de son usine l’incitent à retourner chez elle, chemin que, faute d’argent, elle parcourra à pied jusqu’au détroit de Béring. La narration récitative est portée par un graphisme puissant, au style d’imagerie populaire qui rappelle D. Baldaev.

Couv-LacherPrise-webLÂCHER PRISE de Miriam Katin . Futuropolis

Installée à New York, la dessinatrice d’origine hongroise Miriam Katin a définitivement tourné le dos aux souvenirs de la guerre et du nazisme qu’elle évoquait dans Seules contre tous. 60 ans plus tard, son fils qui veut s’installer à Berlin la confronte de nouveau à cette histoire. Les planches au crayon jonglent avec humour entre anecdotes et questions existentielles, accompagnant la réconciliation du présent avec l’avenir.

moderneMODERNE OLYMPIA de Catherine Meurisse . Futuropolis

Les tableaux et leurs personnages s’ennuient au Musée. Les figures sortent du cadre, libérées par le pinceau habile de Catherine Meurisse. Ils s’autonomisent et, échappant à leur destin de modèles deviennent les vrais acteurs de cette comédie musicale graphique. Ainsi de l’Olympia créée par Manet en 1863, qui, coiffée d’un seul ruban, part dans de folles aventures, accompagnée du Fifre du même Manet. Un hommage à l’art dont la dessinatrice de Mes Hommes de lettres et du Pont des arts a le secret.

O CruelleÔ CRUELLE de Nadja. Actes sud BD

Tout en terminant sa tétralogie féministe sur Les filles de Montparnasse, Nadja nous embarque dans une rêverie à travers le regard d’une femme, qui connaît les confidences entre filles, et devine ce que seraient les pensées secrètes des hommes. Le pinceau est celui d’une peintre, un trait épais, gracieux, des personnages fortement soulignés à la manière des nabis –sauf que l’auteure, libre de ses sens, est bien d’aujourd’hui.

nikiNIKI LE JARDIN DES SECRETS de Dominique Osuch et Sandrine Martin . Casterman

Niki de Saint Phalle ou comment une jeune bourgeoise violée par son père réussit à lui rendre la pareille. Entendez, force l’imaginaire du père, des pères et de la société patriarcale, organisée comme un seul et même phallus (à étages), à intégrer la créativité de l’Autre: la Femme. Servi par un récit bien nourri par son sujet même et par des dessins en empathie avec leur modèle, un album qui témoigne de cette magnifique trajectoire.

Literary-Life-de-Posy-Simmonds_full_news_leftLITERARY LIFE de Posy Simmonds . Denoël Graphic

Dans ces chroniques du Guardian, Posy applique à ses victimes – éditeurs, écrivains, critiques, poseurs et autres « gendelettres » – la finesse, l’acuité, l’ironie tendre et cruelle qu’elle destinait aux héroïnes de ses fameux romans graphiques, Gemma Bovery et Tamara Drew. Page à page, elle compose une réjouissante Foire aux Vanités moderne, à la fois proche et bien loin des folles époques de Jane Austen, Thackeray, ou P.G. Wodehouse.

cet étéCET ÉTÉ-LÀ de Jillian et Mariko Tamaki, . Rue de Sèvres

Comme tous les étés, Rose part en vacances avec ses parents retrouver la plage et sa copine Windy. Cet été-là, pourtant, la jeune fille a 13 ans, et rien n’est plus comme avant. De l’enfance à l’adolescence, ce roman graphique de 300 pages émerveille par le dessin. Une initiation soutenue par un scénario réaliste qui rythme avec justesse la narration au ralenti, en laissant aux planches le temps de la contemplation et du silence.

teufLE FRONT D’ALSACE d’Anne Teuf . Delcourt

Juillet 1914. Joséphine, surnommée Finnele, partage sa vie entre l’école de son village d’Alsace et l’église où officie son père pasteur. La menace de la guerre accompagne celle de la mobilisation des hommes et l’éclatement de la région entre Allemagne et France. A partir du récit de sa grand-mère, Anne Teuf projette le regard d’une enfant sur cette période trouble. Une mise en lumière judicieuse de l’identité alsacienne.

Irmina_couveIRMINA de Barbara Yelin . Actes sud- l’An 2

Irmina, ou l’histoire d’une jeune allemande partie en Angleterre dans les années 30, avec ses rêves de liberté et ses espoirs d’indépendance. Contrainte de revenir en Allemagne, elle est séduite par le régime nazi et portée par une complaisance coupable. L’aquarelle illumine le dessin sombre et porte une narration sans ambiguïté sur la compromission de la grand-mère de l’auteure. Un héritage qui sonne comme un avertissement.

HORS SÉLECTION- UN HOMMAGE À JACQUELINE DUHÊME

crobards

UNE VIE EN CROBARDS de Jacqueline Duhême. Gallirmard Jeunesse

Artémisia rend hommage à la grande illustratrice Jacqueline Duhême, au travers de son livre Une vie en crobards. Ce récit illustré raconte sa vie avec fraîcheur, de l’enfance difficile jusqu’à son épanouissement en tant qu’artiste ayant côtoyé les poètes et peintres phares du XXè siècle, Eluard, Matisse et tant d’autres. Ses dessins en enluminures ponctuent le texte manuscrit. L’autobiographie atypique d’une femme libre qui réalise un album sans précédent. Événement !

Publicités

8 mars journée de la femme vue par Artémisia

Artémisia se félicite de l’entrée de deux grandes femmes au Panthéon, deux résistantes, qui se sont distinguées par leur comportement au cours de la seconde guerre mondiale, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion. Hélas ! la disproportion reste ce qu’elle était : 75 hommes, 4 femmes… Il faudra donc faire entrer encore beaucoup de résistantes (au machisme aussi) pour que le Panthéon se féminise un peu.

En attendant, et pour fêter le 8 mars et pour promouvoir l’égalité femmes-hommes, neuf dessinatrices, Pénélope Bagieu, Claire Bouilhac, Soledad Bravi, Hélène Bruller, Florence Dupré La Tour, Catherine Meurisse, Chantal Montellier, Catel Muller, Anne Van Der Linden s’indignent contre le Panthéon du sexisme avec Artémisia.

image

SORORITÉ au Panthéon !

Il était question de profiter de la restauration du Panthéon pour le mettre à l’heure de l’ÉGALITÉ. Le choix était clair, opérer le grand rattrapage historique en faveur des grandes femmes, et pour cela, ne nommer que des femmes.

C’est le président François Hollande qui a décidé seul du nom de la ou des personnalités entrant au Panthéon en 2014. Jusque-là, la « répartition » était de 73 grands hommes pour 1 grande femme : Marie Curie. La seconde, Sophie Berthelot, ayant été admise en qualité de femme de son mari.

Olympe de Gouges, grande figure de la Révolution française avec sa déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne, était partie favorite, plébiscitée par les internautes et les historiens comme icône de la parité.

Étaient également pressenties la révolutionnaire Louise Michel, la première star de couleur Joséphine Baker ou la grande intellectuelle Simone de Beauvoir.
Au final, le choix s’est porté sur quatre résistants de la seconde guerre mondiale : 2 femmes, Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle et 2 hommes : Pierre Brossolette et Jean Zay.

L’institution misogyne a encore frappé. Les femmes ne suffisaient pas pour représenter le combat pour la LIBERTÉ, il fallait y adjoindre deux hommes pour cautionner et affirmer ce choix.

Le changement est neutralisé, la proportion reste la même : 4 femmes et 75 hommes, soit 5% de représentation féminine. Drôle de FRATERNITÉ…

La sélection Artémisia 2011


cadavreexquis

CADAVRES EXQUIS de Pénélope Bagieu . Gallimard Bayou

Zoé s’ennuie. Travail sans intérêt, compagnon désespérant. Elle serait sans doute morte d’écoeurement si le hasard ne lui avait fait rencontrer un étrange écrivain à succès en panne d’inspiration. Histoire bien menée, drôle, bourrée de surprises…

coutorduCOU TORDU de Caroline Sury . L’Association

Quoi de plus banal, apparemment, qu’un torticolis ? C’est pourtant ce “cou tordu” qui va mener la narratrice, dessinatrice marseillaise survoltée, d’acupuncteur en ostéopathe, dans l’exploration de ses tensions intérieures. Une mise en abyme foisonnante des tourments de la création, qui prend pour toile de fond le Marseille déjanté des artistes, servie par un dessin tout aussi déjanté et luxuriant.

drolesdefemmesDRÔLES DE FEMMES de Catherine Meurisse &Julie Birmant . Dargaud

Elles ont choisi de faire rire… À moins que le rire ne se soit imposé à elle, et que leur triomphe sur scène, à l’écran, ou dans leurs livres soit leur ultime arme de défense ? Sylvie Joly, Yolande Moreau, Anémone, Amélie Nothomb et autres “drôles de femmes” se laissent croquer à leur tour et se dévoilent, avec délicatesse et panache.

ROSE D’ELISABETHVILLEROSE D’ELISABETHVILLE de Séraphine et Tilde Barboni . Dupuis

Rose a grandi au Katanga. En 1960, elle est infirmière et soigne à Bruvelles les nombreux rapatriés de la décolonisation du Congo Belge. Avec son mari, journaliste anticolonialiste, elle va se trouver au coeur d’un sombre imbroglio mêlant affairisme et politique. Un récit d’aventure efficacement troussé, une course au trésor sur fond de bouleversements politico-historiques rarement abordés en BD.

frances2

 

FRANCES 2 de Johanna Hellgren . Cambourakis

Joanna Hellgren fait de chaque case un tableau où se déploie un subtil nuancier de gris, de noirs et de blancs. Elle crayonne, avec une extrême sensibilité, des visages et des paysages presque au bord de l’effacement. Mais elle les retient du bout délicat de son crayon et ses fragiles figures se mettent à vivre, à palpiter comme aucune autre.

 

interieur-giandelliINTÉRIEUR de Gabriella Giandelli . Actes Sud BD

Dans l’anonymat d’une cité HLM style “clapiers maudits”, un lapin blanc comme les peluches de nos enfances nous fait gambader d’une case à l’autre. Relié au monde souterrain, ce lapin lunaire est au service du “Grand Sombre”, matrice des songes nocturnes des habitants, sorte d’inconscient collectif sur lequel tout repose. Le lièvre de Gabriella s’est levé… Peut-il soulever et ressusciter les morts ?

L.10EBBN001001.N001_ENFANTenv_C_FRLES ENFANTS DE L’ENVIE de Gabrielle Piquet . Casterman, Écritures

Basile vit encore avec sa mère. Employé de mairie, il partage son temps libre entre la peinture, la recherche d’une compagne et la méditation sur ses origines. Le père qu’il n’a jamais connu serait un Américain dont il ne reste que le prénom, Henry, autrefois soldat à la base militaire U.S. de Laon . Une soirée de vétérans est prévue, où sont invités tous les anciens de la base. Henry viendra-t-il ? Un récit à la fois riche et poétique soutenu par un trait fin d’une grande délicatesse.

L.10EBBN001034.N001_ESPIONsta_C_FRL’ESPION DE STALINE de Isabel Kreitz . Casterman, Écritures

Richard Sorge, journaliste allemand en poste à Tokyo et espion soviétique, infiltre l’ambassade nazie au Japon. Il y apprend les secrets du Reich, notamment l’invasion de l’URSS en juin 1941. Mais Staline refusera de l’entendre… Isabelle Kreitz retrace le dernier été de cet intellectuel rouge antistalinien dans un album-documentaire tout au crayon qui nous plonge dans le Tokyo de la Seconde Guerre mondiale.

homme-de-mes-reves-nadjaL’HOMME DE MES RÊVES de Nadja . Cornélius

Kate rêve sa vie et vit ses rêves. Pour échapper aux griffes d’un macho cynique, elle gagne la forêt, lieu symbolique où se tranche la question du choix entre l’amour et l’art. Soutenu par une gouache organique où court un trait rouge comme un fil d’Ariane, ce faux polar, sensuel et onirique, ne révèle pas tous ses secrets. Le livre se referme, mais le rêve demeure.

peindre sur le rivagePEINDRE SUR LE RIVAGE de Anneli Furmark . Actes Sud – L’An 2

Hélène revit ses années d’étudiante en feuilletant son journal intime. Elle a quitté Stockholm pour l’école d’art d’une petite ville du Nord, au bord de la mer. Là, elle tente de découvrir son identité d’artiste et de femme, au travers de rencontres féminines et masculines, exaltantes ou décevantes… et finit par apprivoiser un environnement ressenti d’abord comme hostile. Au point de s’ancrer sur le rivage.

ullilustTROP N’EST PAS ASSEZ d’Ulli Lust . Cà &Là

Dignes filles du Punk, Elli et Edi n’ont pas froid aux yeux et n’hésitent pas à partir à l’aventure en Italie, sans papiers ni argent. Au cours de leur périple, dans la dèche de Vienne à Palerme, elles subiront de plein fouet le machisme sicilien et connaîtront les affres parfois sordides des routardes qui voyagent en mauvaise compagnie. Un road movie initiatique et sensible, un récit très dense qui ne vous lâche plus.