Lisa Mandel signe Vertige avec Hélène Georges

Lisa Mandel, lauréate du prix Artémisia 2009 signe avec Hélènes Georges un conte poétique sur les miroirs de l’intériorité. Une chronique de Lucie Servin pour bdsphere.fr.

Lignes de fuite et destins croisés

Aux antipodes de l’univers de Laureline Mattuissi, Lisa Mandel et Hélène Georges offrent en duo une fable contemporaine sur l’oppression et le désir d’évasion au féminin. Deux femmes. Une blonde, une brune. Deux trajectoires. Deux univers qui s’entrecroisent et se répondent dans une dualité graphique balancée entre le bleu réaliste et le rouge onirique, soutenue par un scénario d’une rare densité. Le dessin faussement naïf d’Helene Georges sert ce récit haletant, renforcé par l’intensité des silences laissés par les planches muettes. Une ligne de coke de trop et Vertige, une jeune actrice hollywoodienne, est sauvée de la piscine, réanimée de la noyade et transportée à l’hôpital. Adelia, l’acrobate de haute voltige, est la vedette d’un petit cirque qui rêve de s’affranchir de la pression de son mentor, Reginaldo, le chef de la troupe. La fugue de l’une répond aux tendances suicidaires de l’autre. Destins fragiles et funambules qui essayent en vain d’échapper au fil de la réalité.

Vertige, Lisa Mandel et Hélène Georges, KSTR, 120 pages, 17 euros.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s